Politique à gauche: COP28 : la classe dirigeante se moque de la crise climatique

La COP28 a été pleine d’ironie dès le premier jour : elle s’est tenue aux Émirats arabes unis, une économie pétrolière et gazière clé ; et dirigé par le sultan Al Jaber, directeur général de la compagnie pétrolière nationale Adnoc. « Est-ce une farce? » vous pourriez bafouiller, à travers un air de plus en plus pollué. Loin d’être ridicule, il s’agit là de la meilleure offre de la classe dirigeante en matière de « lutte contre le changement climatique ».

Après une nouvelle année de vagues de chaleur record, de conditions météorologiques extrêmes et d’incendies de forêt qui ont coûté la vie à des milliers de personnes, nous sommes engagés dans une course contre la montre pour empêcher un réchauffement climatique plus important et nous adapter à des conditions de plus en plus difficiles pour garantir la sécurité des personnes.

Au lieu d’améliorer les choses, ce sommet a pour ainsi dire jeté de l’huile sur le feu.

Conflit d’intérêt

Adnoc est responsable des plus grands plans d’expansion sans émissions nettes de toutes les entreprises dans le monde, selon Gardien. Les chercheurs ont souligné à quel point il est « ridicule » que le PDG Sultan Al Jaber soit président de la COP28, étant donné le « conflit d’intérêts » plutôt évident.

Pour défendre ses actions, le sultan Al Jaber a honteusement affirmé qu’il n’existe « aucune science » indiquant qu’une élimination progressive des combustibles fossiles est nécessaire pour limiter le réchauffement climatique ! Il a ajouté qu’« à moins de vouloir ramener le monde dans les grottes », l’élimination progressive des combustibles fossiles ne permettrait pas un développement durable.

De toute évidence, Al Jaber considérait le sommet comme une simple opportunité commerciale. Fuite de documents obtenus par le Center for Climate Reporting (CCR) et vus par le Gardiena révélé qu’en coulisses, Adnoc s’est entretenu avec 15 pays avec lesquels il souhaite travailler pour extraire leurs ressources pétrolières et gazières.

Ainsi, alors que des engagements éclatants sont pris, la société propose entre-temps d’aider la Chine à évaluer ses opportunités en matière de GNL (gaz naturel liquéfié) ; et au Mozambique, au Canada et en Australie, il « se tient prêt » à aider à développer les réserves de pétrole et de gaz.

50 grandes sociétés pétrolières et gazières se sont « engagées » à réduire leurs émissions, mais n’ont même pas accepté d’arrêter les forages. Et les sociétés clés de la production mondiale de pétrole dans les grands pays producteurs comme la Chine, l’Irak, l’Iran et le Qatar n’ont même pas pris la peine d’ajouter leur nom.

Des promesses vides et des retours en arrière

Le Temps Financier a rapporté le 11 décembre que toute mention de l’élimination progressive des combustibles fossiles avait été complètement supprimée du projet d’accord de la COP28. Cela a provoqué une telle indignation qu’ils ont dû prolonger le sommet jusqu’au 13 décembre.

En fin de compte, ils se sont finalement mis d’accord sur une « transition » des combustibles fossiles. Ils ont essayé de présenter cela comme un accord « historique », car (scandaleusement), aucune COP précédente n’a jamais mentionné l’abandon du pétrole et du gaz ! Néanmoins, les événements farfelus décrits ci-dessus nous permettent de traiter cet « accord » avec un scepticisme industriel.

Un article de Bloomberg explique que la question de savoir si ces promesses minimales deviendront une réalité dépendra « des investisseurs, des consommateurs et des gouvernements nationaux ». Ils soulignent que les engagements précédents ont été ignorés auparavant et que les émissions ont continué à augmenter.

L’Arabie Saoudite a également exercé une forte pression contre la possibilité d’accepter une « élimination progressive » des combustibles fossiles, car Bloomberg rapports:

Alors que la COP28 battait son plein, Bloomberg News a demandé au ministre de l’Energie du royaume s’il serait heureux de voir une réduction progressive du texte.

« Absolument pas », a-t-il répondu.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole a ensuite envoyé une lettre à ses membres, leur demandant de faire pression contre tout texte ciblant les combustibles fossiles plutôt que les émissions.

Ainsi, le langage final a été édulcoré pour refléter ces « préoccupations ».

Les climatologues ont répété à plusieurs reprises à quel point il était « essentiel » de cesser dès que possible d’exploiter davantage de réserves de combustibles fossiles. Qu’il ne peut pas être brûlé en toute sécurité sans endommager l’environnement de manière catastrophique. Et pourtant, lorsque Riyad pousse le moindre grognement, elle obtient ce qu’elle veut.

La COP28 n’a été qu’un écran de fumée. / Image : Photographie officielle de la Présidence de Colombie, Flickr

Adaptation?

La COP28 n’a été qu’un écran de fumée. On ne peut guère être surpris de constater que la classe dirigeante fait passer ses propres intérêts économiques nationaux avant la lutte contre le changement climatique. En particulier en période de crise mondiale et de contraction des marchés, leurs priorités consistent à conclure des accords commerciaux rentables.

Il n’est pas surprenant que l’« adaptation » ait été préconisée par de nombreux responsables et militants des pays vulnérables au climat, car elle est devenue extrêmement urgente. Alors qu’on ne voit pas la fin de la combustion des combustibles fossiles, les pays africains en particulier ont désespérément besoin de davantage de fonds pour renforcer leur résilience face à l’augmentation des températures, aux sécheresses et aux tempêtes.

Mais cela non plus n’a fait l’objet d’aucun engagement sérieux lors du sommet.

Le Indépendant s’est entretenu avec Teresa Anderson, responsable mondiale de la justice climatique chez ActionAid International, qui a qualifié la situation d’« incroyablement frustrante » et a ajouté :

Les négociations n’ont pas été à la hauteur de l’urgence, du rythme et du type d’engagements ambitieux dont nous avions besoin. Le problème est que l’argent destiné à l’adaptation ne donne pas de retour sur investissement aux bailleurs de fonds. [our emphasis].

Cela ne résume-t-il pas la logique myope du capitalisme ?

Après des décennies de coupes budgétaires et d’austérité, les capitalistes ne vont pas investir de l’argent dans des infrastructures qui ne sont tout simplement pas rentables. Il n’y a pas de planification à long terme car ils se concentrent uniquement sur les questions à court terme de protection de leurs propres marchés et profits.

Cependant, le fait qu’ils repoussent les limites, exacerbant ces problèmes, ne fait que rendre l’adaptation à l’avenir extrêmement coûteuse.

Grotesque

La COP28 a sûrement joué un rôle en dénonçant la classe dirigeante à une plus grande échelle. Mais chaque COP avant cela s’est révélée totalement inutile et ce qui pourrait être assimilé à une représentation théâtrale.

Rien n’a été fait de toute urgence pour mettre un terme au changement climatique, et nous ne devrions pas nous faire d’illusions sur le fait que la classe dirigeante fera ce qui est nécessaire.

Le fait est que nous ne sommes freinés par rien d’autre que le régime de la propriété privée et la recherche du profit. Nous possédons effectivement les solutions technologiques pour mettre notre économie en harmonie avec la nature, mais cela ne peut être réalisé dans le cadre du système capitaliste, avec toutes ses entraves.

Cela fait ressortir la question fondamentale de classe : vous ne pouvez pas planifier ce que vous ne contrôlez pas, et vous ne pouvez pas contrôler ce que vous ne possédez pas.

Ce n’est que lorsque la classe ouvrière prendra le contrôle des sommets de l’économie, tels que les grandes banques, les industries et les grands monopoles, que nous pourrons planifier l’économie dans l’intérêt de la majorité de la société, au lieu de maximiser les profits de quelques-uns.

Ce niveau de planification et de contrôle est nécessaire pour investir dans les infrastructures afin de s’adapter aux impacts du changement climatique, ainsi que pour jeter les bases de sources d’énergie alternatives basées sur l’énergie solaire, éolienne et hydraulique.

Bien entendu, ce n’est qu’un début. Mais en supprimant le profit de l’équation, sur la base d’un véritable contrôle et d’une gestion ouvrière, nous pouvons libérer le potentiel de toute l’ingéniosité et de l’expertise de l’humanité.

C’est pour cela que nous nous battons. La COP28 de cette année a montré l’arrogance de la classe dirigeante. Ils nous rient au nez tout en concluant des accords rentables, et nous sommes obligés de vivre avec les conséquences.

Nous n’accepterons pas cela sans rien dire, et vous non plus ne devriez pas le faire. Nous devons de toute urgence lutter pour une société communiste saine, démocratiquement planifiée et prendre notre destin en main.

Bibliographie :

,(la couverture) .

,(Disponible) . Disponible chez votre libraire.

,(la couverture) .

Le site finistereetsolidaires.fr a pour objectif de fournir diverses publications autour du thème Solidaires du Finistère développées sur le web. Ce post a été produit de la façon la plus adaptée qui soit. Pour émettre des observations sur ce sujet autour du sujet « Solidaires du Finistère », veuillez contacter les contacts indiqués sur notre site web. Vous pouvez tirer profit de cet article développant le sujet « Solidaires du Finistère ». Il est sélectionné par l’équipe finistereetsolidaires.fr. En visitant à plusieurs reprises nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines parutions.