Politique à gauche: « Usine d’assassinats de masse » : les services de renseignement israéliens dénoncent le terrorisme de Tsahal

Un rapport effrayant du magazine +972 et Local Call (« Une usine d’assassinats de masse » : Au cœur du bombardement calculé de Gaza par Israël), basé sur le témoignage de sept membres actuels et anciens de la communauté du renseignement israélien, expose la sombre réalité de la guerre menée par Israël contre Gaza. Il affirme que Tsahal sélectionne sciemment des cibles civiles, extermine régulièrement des familles entières et considère des centaines de vies innocentes comme des « dommages collatéraux ». Les sources affirment que ces tactiques visent à semer la peur au sein de la population. Appelons les choses par leur vrai nom : c’est du terrorisme.

Le rapport indique que l’assaut de Tsahal sur Gaza (« Opération Épées de Fer »), suite à l’attaque du Hamas du 7 octobre, a vu l’armée « étendre considérablement ses bombardements sur des cibles qui ne sont pas clairement de nature militaire » par rapport aux opérations passées. Des maisons privées, des bâtiments gouvernementaux et des infrastructures critiques (surnommés par euphémisme « cibles énergétiques ») ont tous été visés par des bombardements.

Selon le +972 rapport, les frappes aériennes de Tsahal ont rasé l’Université islamique de Gaza, l’Association du barreau palestinien, un bâtiment de l’ONU destiné à un programme éducatif pour étudiants exceptionnels, un bâtiment appartenant à la Société palestinienne de télécommunications, au ministère de l’Économie nationale et au ministère de la Culture. À cela, nous pouvons ajouter l’école al-Buraq de la ville de Gaza, la mosquée médiévale d’Omari, le camp de réfugiés d’al-Maghazi et des centaines d’autres cibles civiles.

Un porte-parole de Tsahal, cité dans le rapport, affirme qu’au cours des cinq premiers jours de combat jusqu’au 11 octobre, la moitié des cibles bombardées à Gaza (1 329 sur un total de 2 687) étaient des « cibles de puissance ». Selon des sources ayant une expérience directe de ces méthodes, frapper des cibles puissantes vise à « créer un choc » et « amener les civils à faire pression sur le Hamas ». Dans de nombreux cas, la justification de la destruction d’un bâtiment civil est recherchée en prétendant que des militants y vivent ou y travaillent. Mais, comme le note un ancien responsable des renseignements : « Le Hamas est partout à Gaza ; il n’y a aucun bâtiment qui n’ait quelque chose du Hamas, donc si vous voulez trouver un moyen de transformer un gratte-ciel en une cible, vous pourrez le faire.

Tuer des militants n’est qu’une feuille de vigne. Le vrai but est d’envoyer un message. Comme le note une autre source anonyme :

 » S’ils disaient au monde entier que [Hamas or Islamic Jihad] les bureaux du 10e étage ne sont pas une cible importante, mais que son existence constitue une justification pour démolir l’ensemble de l’immeuble dans le but de faire pression sur les familles civiles qui y vivent afin de faire pression sur les organisations terroristes, cela serait en soi être considéré comme du terrorisme. Alors ils ne le disent pas.

Les sources affirment que, dans le passé, Tsahal prenait des mesures pour garantir que les « cibles du pouvoir » étaient évacuées des civils avant une frappe – avec des avertissements par téléphone par exemple, ou « en frappant sur le toit » avec un petit explosif avant de déployer des munitions lourdes. , recoupé par des images de drone. Mais, note le rapport, des témoignages et des vidéos de Gaza suggèrent que Tsahal a frappé des cibles sans avertir leurs occupants, exterminant ainsi des familles entières.

Cette pratique a apparemment commencé dès le premier jour. Par exemple, le 7 octobre (selon Amnesty International), les forces israéliennes ont frappé un immeuble résidentiel de trois étages dans le quartier d’al-Zeitoun, dans la ville de Gaza. Le bâtiment abritait trois générations de la famille al-Dos : 15 ont été tuées, la plus jeune ayant 18 mois. Le rapport regorge de récits déchirants sur des immeubles de grande hauteur, remplis de civils, détruits sans avertissement. Un homme, Yousef Amar Sharaf, a perdu 37 membres de sa famille lors de la destruction de l’immeuble résidentiel Al-Taj de 12 étages, dans la ville de Gaza.

Environ 20 000 civils palestiniens ont été massacrés à Gaza depuis le 7 octobre. / Image : Jim Forest, Flickr

Un autre bâtiment, le bloc résidentiel de huit étages Al-Mohandseen, a explosé sans avertissement le 31 octobre. Il se trouvait autrefois dans le camp de réfugiés de Nuseirat, au sud de Wadi Gaza : soi-disant dans la zone « sûre » où Israël dirigeait les Palestiniens fuyant leur camp. maisons du nord. 120 personnes ont été ensevelies sous les décombres.

« Rien n’arrive par hasard »

Au moment de la rédaction de cet article, environ 20 000 civils palestiniens ont été massacrés à Gaza depuis le 7 octobre. Deux raisons expliquant le niveau sans précédent de l’effusion de sang (selon le rapport) sont que Tsahal a considérablement assoupli son seuil de dommages collatéraux acceptables et a accéléré sa cible. processus de sélection, prétendument à l’aide de l’intelligence artificielle.

Les sources du renseignement auraient déclaré qu’Israël avait une idée très précise du nombre de civils qui mourraient lors d’une frappe donnée. Les sources affirment que le commandement militaire israélien approuvera parfois sciemment le meurtre de centaines de civils palestiniens dans le but d’assassiner un seul haut responsable du Hamas. C’est par exemple ce qui a justifié le bombardement du camp de réfugiés de Jabaliya, au cours duquel plus de 200 personnes ont été tuées et 240 blessées, dans le but d’assassiner un commandant du Hamas.

« Rien n’arrive par hasard », dit l’un d’eux. « Lorsqu’une fillette de 3 ans est tuée dans une maison à Gaza, c’est parce que quelqu’un dans l’armée a décidé que ce n’était pas grave de la tuer, que c’était un prix à payer pour pouvoir frapper. [another] cible. Nous ne sommes pas le Hamas. Ce ne sont pas des fusées aléatoires. Tout est intentionnel.

Nous pensons au cas d’Ahmed Abu Artema, un militant palestinien qui a co-organisé la Marche pacifique du retour en 2018-2019. Artema avait accepté de donner une interview à marxist.com, mais la veille, sa maison avait été touchée par l’armée israélienne, tuant cinq de ses proches et l’hospitalisant.

L’impératif, selon les sources, est de tuer autant de militants du Hamas et du JIP que possible, le plus rapidement possible, quel qu’en soit le prix. Il y a « des cas dans lesquels nous bombardons sur la base d’une large localisation cellulaire de l’endroit où se trouve la cible, tuant des civils », déclarent-ils dans le rapport. « Cela est souvent fait pour gagner du temps, au lieu de faire un peu plus de travail pour obtenir un repérage plus précis. »

L’accent est mis sur la quantité plutôt que sur la qualité, les agents relativement subalternes étant ciblés même lorsque les pertes civiles sont élevées. « Dans le passé, nous ne marquions pas régulièrement les maisons des membres subalternes du Hamas pour les bombarder », a déclaré un responsable de la sécurité ayant participé aux opérations précédentes. « À mon époque, si la maison sur laquelle je travaillais portait la mention Dommages collatéraux 5 [meaning five or more civilians are likely to die as a result]cela ne serait pas toujours approuvé.

« D’après ce que je comprends, aujourd’hui, ils peuvent marquer toutes les maisons de [any Hamas military operative regardless of rank] », déclare une source. « Cela fait beaucoup de maisons. Les membres du Hamas qui ne comptent vraiment pour rien vivent dans des maisons à travers Gaza. Alors ils marquent la maison, la bombardent et tuent tout le monde là-bas.

Calculs insensés

Selon le rapport, le processus de sélection des cibles a été accéléré grâce à un système appelé Habsora (« L’Évangile »), prétendument basé sur l’IA, qui facilite ce qu’un ancien officier du renseignement appelle une « usine d’assassinats de masse ». L’Évangile traite apparemment d’énormes quantités de renseignements pour identifier rapidement les sites de bombardements. « Dans le passé, il y avait des moments à Gaza où nous créions 50 cibles par an », a expliqué une source. « Et ici, la machine a produit 100 cibles en une journée. »

Ces calculs froids et insensibles deviennent la base d’une campagne de terreur inhumaine. De plus, malgré l’engagement d’Israël de « détruire le Hamas », l’impact militaire de ces frappes est limité. Selon le commentateur israélien Avi Issacharoff, « il ne semble pas que la branche militaire du Hamas ait été touchée de manière significative ». Selon le rapport, le véritable objectif de telles tactiques est d’une part de terroriser le peuple palestinien, comme indiqué, et de l’autre, de projeter un impact de force au sein d’Israël.

L’article cite une campagne de propagande menée lors de l’opération Gardien des murs en 2021, au cours de laquelle des images et des vidéos de frappes militaires sur Gaza ont été délibérément téléchargées par des soldats (sous de faux comptes) sur les réseaux sociaux, pour démontrer l’efficacité de l’armée au public israélien. « On a le sentiment que les hauts responsables de l’armée sont conscients de leur échec du 7 octobre », explique une source. « [They] sommes occupés par la question de savoir comment fournir au public israélien une image [of victory] cela sauvera leur réputation.

A la lecture de ce rapport, on ne peut s’empêcher de souligner une fois de plus l’hypocrisie puante des alliés occidentaux d’Israël. On se souvient par exemple de la manière dont Karine Jean-Pierre, attachée de presse du président américain Joe Biden, a tonné contre « la brutalité de Poutine » après que des missiles russes ont frappé des immeubles d’habitation dans le centre-ville de Kiev en octobre dernier. « Nous continuerons à imposer des coûts à la Russie [and] les tenir responsables de ses crimes de guerre », a-t-elle déclaré.

Au cours des deux dernières semaines, les États-Unis ont voté à deux reprises contre les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza. /Image : domaine public

Au cours des deux dernières semaines, les États-Unis ont voté à deux reprises contre les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza. « Nous ne soutenons pas l’appel de cette résolution à un cessez-le-feu non durable qui ne fera que semer les graines de la prochaine guerre », a déclaré l’ambassadeur américain Robert Wood. L’ambassadrice britannique Barbara Woodward, dont le pays s’est abstenu, a déclaré : « Israël doit être capable de faire face à la menace posée par le Hamas et il doit le faire d’une manière qui respecte le droit humanitaire international afin qu’une telle attaque ne puisse plus jamais être menée. .»

Quelle mauvaise blague ! Israël commet un massacre délibéré et à échelle industrielle de civils à Gaza, faisant pleuvoir le feu de l’enfer sur les maisons des gens, avec la connivence de ses alliés impérialistes, qui font alors référence au « droit international ! La cuisine des voleurs sans valeur de l’ONU, quant à elle, se révèle impuissante alors que la boucherie continue.

Le 972+ et Appel local Le rapport fournit des preuves supplémentaires des crimes d’Israël, mais en réalité, ils sont visibles pour quiconque a des yeux pour voir. Il n’y aura pas de justice de la part de la soi-disant communauté internationale. Seul un renversement révolutionnaire du vicieux régime sioniste peut venger les morts.

Rapport original du magazine +972 et Local Call (« Une usine d’assassinats de masse » : À l’intérieur du bombardement calculé de Gaza par Israël, par Yuval Abraham)

Parutions sur le même propos:

,(la couverture) .

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

Le site finistereetsolidaires.fr a pour objectif de fournir diverses publications autour du thème Solidaires du Finistère développées sur le web. Ce post a été produit de la façon la plus adaptée qui soit. Pour émettre des observations sur ce sujet autour du sujet « Solidaires du Finistère », veuillez contacter les contacts indiqués sur notre site web. Vous pouvez tirer profit de cet article développant le sujet « Solidaires du Finistère ». Il est sélectionné par l’équipe finistereetsolidaires.fr. En visitant à plusieurs reprises nos contenus de blog vous serez au courant des prochaines parutions.